Parc Mont-Royal

Histoire du Parc de Mont-Royal, Montréal

Le Mont Royal s’est formé il y a environ 125 millions d’années lors d’une intrusion souterraine de magma qui n’a pas atteint la surface terrestre et a figé en profondeur.
La colline est apparue lors de l’érosion par les glaciers des roches sédimentaires avoisinantes, plus fragiles que la roche métamorphique formée par le contact du magma et de la roche sédimentaire.

Lien : Parc du Mont-Royal

1535-1760 : le nouveau monde

1535

Jacques Cartier Le navigateur français Jacques Cartier (1491-1557) est le premier européen à grimper la montagne.
En 1535, il est guidé par les habitants amérindiens du village d’Hochelaga.
Il nomme la montagne MONT ROYAL en honneur du roi François Ier de France (1494-1547), comme il est d’habitude à cette époque, en reconnaissance de celui dont il tient le mandat.
Quand il est monté au sommet, il a été impréssionné par la vue qu’il avait d’où le nom “Royal”.

François 1er Lors de son second voyage en 1535, après s’être arrêté un instant à Stadacone (Québec), il remonte le fleuve Saint-Laurent jusqu’à Hochelaga, maintenant devenue la ville de Montréal.
Le 3 octobre 1535, il est accueilli à Hochelaga qu’il visite.
Puis, il monte sur la montagne sise à proximité de Hochelaga qu’il nomme Mont-Royal.

C’est le point haut de son exploration des Indes occidentales.
Cette montagne donne naissance à Montréal laquelle devient par la suite le Berceau du Canada.

Suite à la venue de Jacques Cartier sur le Mont-Royal, l’île sur laquelle cette montagne est sise prend le nom de l’île du Mont-Royal.

Avec le temps, le toponyme Mont-Royal fait place au toponyme Montréal.
Souvent il est dit que le nom de la ville de Montréal vient de Mont Réal, une variation orthographique introduite soit en français, soit par un cartographe italien (« Monte Reale » est Mont-Royal en italien).
En fait, de cette montagne est née une ville maintenant une métropole, Montréal.

1643

L’officier Paul de Chomedey (1612-76), sieur de Maisonneuve, érige une croix sur le Mont-Royal pour remercier Dieu d’avoir épargné la colonie d’une inondation.

1676

Construction d’un fort en bois sur le flanc sud de la montagne par les sulpiciens, les seigneurs de Montréal.

1686

Les Sulpiciens établissent un fort en pierre, sur l’emplacement du premier, abritant une mission amérindienne au pied de la montagne, ainsi qu’une école, afin d’évangéliser et éduquer les autochtones.

1700

Création des tracés de la côte des Neiges, de la côte Sainte-Catherine et de la côte Saint-Antoine.

Montréal vu de la montagne du Mont-Royal en 1720

1763

Ville-Marie devient officiellement Montréal, une francisation de Monte Real, soit Mont Royal en italien.


À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter …

Jusqu’au début du XIXe siècle, physiquement, le Mont Royal-sert à définir la limite de la ville.
Il constitue également un fond de scène et la seule présence de son profil et de celui de ses terrasses permet de déterminer rapidement et avec certitude un lieu représenté comme faisant parti de la ville de Montréal.

D’autre part, le Mont-Royal établit un lien avec le paysage de la ville en permettant aux observateurs de saisir la ville dans son ensemble du haut de la montagne ou à partir de ses flancs.
C’est principalement la fonction agricole qui domine sur les flancs de la montagne.

1803

Construction de la résidence bourgeoise du juge du Bas-Canada originaire de Boston (USA), Sir James Monk (1745-1826 sur l’extrémité ouest de la montagne.
L’architecture de cette villa classique en pierre, au toit pavillonnaire, est d’inspiration palladienne et sera agrandie au milieu du XIXe siècle.
À cette époque, elle est appellée la villa Monkland.

1811

Des institutions commencent à s’établir sur les flancs de la montagne.
Par exemple, l’homme d’affaires écossais James McGill (1744-1813) cède une partie de sa fortune et de ses terrains à ce qui va devenir bientôt l’Université McGill.

Université McGill au XIXe, Montréal

1826

Fondation du Montreal Hunt Club qui organise des sorties de chasse à courre sur la montagne.

1839

Construction du premier bâtiment de l’Université McGill.

1840-50

Première proposition de créer un parc sur la montagne, par le militaire, explorateur et naturaliste britannique Sir James Alexandar (1803-85).

1847

La Montreal Horticultural Society crée un jardin botanique sur un des sommets de la montagne.

Sceau Montreal Horticultural Society

1850

Création du cimetière anglophone et protestant de Mont-Royal de 66,6 hectares, sur le flanc nord du Mont-Royal
C’est l’un des premiers cimetières ruraux d’Amérique du Nord fondé par La Compagnie du Cimetière Mont-Royal, constitué en société en 1847, en vertu de la Loi du Parlement provincial du Canada.
Le portail d’entrée et la chapelle d’influence néogothique située à proximité forment un ensemble remarquable.

Phase intense d’urbanisation autour de la montagne.


À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter … À noter …

Sur la première moitié du XIXe siècle (1800-50), des bourgeois établissent leur maison de campagne sur les flancs sud de la montagne.
Cette fonction de loisirs cohabite alors avec les fermes et les champs déjà présents.
C’est dans une volonté de se retirer de la ville que l’on se rend jusqu’aux terrasses du Mont-Royal.


1852

Ouverture du cimetière protestant Mont-Royal.

Cimetière Mont-Royal, Montréal

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires *