Première consultation prénatale

La première visite chez le gynécologue doit se faire avant 15 semaines d’aménorrhée, c’est-à-dire à 13 semaines de grossesse.

Confirmation de la grossesse

S’il y a un retard de règles, de nombreuses femmes réalisent elles-mêmes un test de grossesse.

Il s’agit d’un test effectué sur la première urine matinale et qui permet la confirmation d’une grossesse dès que le B-HCG (hormone chorionique gonadotrope) est présent dans les urines en quantité suffisante, généralement, dès un retard de règles de quelques jours.
Ce test est en vente libre dans les pharmacies et les grandes surfaces.

Le gynécologue peut également confirmer la grossesse d’après des modifications apparues au niveau du col utérin et du volume de l’utérus.

L’échographie permet de visualiser le sac gestationnel au sein de l’utérus, et donc d’exclure une grossesse extra-utérine ainsi que de compter le nombre d’embryons (grossesse unique ou multiple).

De même, dès qu’une activité cardiaque est visible au niveau de l’embryon, il est possible d’affirmer l’existence d’une grossesse évolutive.

La femme ressent d’ailleurs elle-même des modifications de son corps en début de grossesse :

  • état nauséeux
  • somnolence
  • envie fréquente d’uriner
  • tension des seins

Détermination du terme de la grossesse

Il est important que le gynécologue connaisse avec précision le terme théorique de la grossesse, afin notamment de :

  • pouvoir essayer de prévenir un accouchement prématuré
  • détecter un retard de croissance in utero
  • déclencher un accouchement en cas de terme dépassé

Il est possible de calculer le terme théorique en se basant sur la date des dernières règles et en ajoutant 40 semaines à cette date.
Mais cette méthode peut se révéler imprécise si la femme a des cycles irréguliers ou si elle ne se souvient plus de la date des dernières règles.

Le praticien confirme souvent le terme de la grossesse en réalisant une échographie.
Celle-ci permet de mesurer la longueur du fœtus.
Cette longueur, en étant rapportée à des tables spéciales, permet de dater avec précision la grossesse.

Il est question d’accouchement prématuré avant 37 semaines de gestation et de terme dépassé après 42 semaines de gestation.

Examen général et l’évaluation des facteurs de risque

En dehors de l’examen gynécologique, le gynécologue réalise également un examen général évaluant au minimum :

  • le poids, la taille et la morphologie générale
  • la tension artérielle
  • la recherche de varices au niveau des membres inférieurs
  • la recherche de sucre et d’albumine dans les urines

Il recherche ensuite attentivement l’existence d’éventuels facteurs de risque :

  • âge maternel bas (< à 18 ans)
  • âge maternel élevé (> à 40 ans)
  • femme de petite taille (< 150 cm)
  • obésité maternelle
  • habitudes de vie à risque (entre autres tabagisme et alcoolisme)
  • présence de maladies génétiques héréditaires dans la famille

Il évalue les conditions de travail de la future maman et note les antécédents obstétricaux et gynécologiques éventuels ainsi que les antécédents médicaux et chirurgicaux.

Nanti de l’ensemble de ces informations, le médecin peut au mieux suivre une grossesse.

Par exemple :

  • il peut prodiguer des conseils à sa patiente afin de modifier ses habitudes de vie ou ses conditions de travail si celles-ci constituent un risque pour sa grossesse.
  • il peut également faire pratiquer à sa patiente des examens complémentaires, s’il suspecte un éventuel problème lors de l’accouchement.
    Exemple : une radiologie du bassin si c’est une patiente de petite taille ou elle a eu des problèmes lors de son accouchement précédent.
  • de même, l’existence d’une pathologie génétique héréditaire au sein de la famille ou un âge maternel avancé impliquent des examens plus poussés comme une amniocentèse.

Enfin, le gynécologue prescrit différents examens à effectuer afin de connaître, par exemple :

  • le groupe sanguin et rhésus
  • l’existence d’une immunité ou non contre la rubéole, la toxoplasmose, le cytomégalovirus, l’hépatite
  • une atteinte récente ou ancienne par la syphilis

Un dépistage HIV est également souvent proposé et le gynécologue complète cette liste en fonction des antécédents ou des plaintes de la patiente.

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires *